Lab’Eau’Rousse

Disponibilité et gestion partagée de l’eau en milieu agricole à Oka.

La disponibilité de l’eau est une problématique importante pour les productions maraîchères et de petits fruits dans les Basses-Laurentides. Plus précisément, la réduction du débit minimal (à l’étiage) de certains cours d’eau affecte les approvisionnements en eau et les écosystèmes aquatique. Le bassin versant du ruisseau Rousse, d’une superficie de 18,1 km2 est situé dans la MRC de Deux-Montagnes et près de la moitié de son territoire est utilisée à des fins agricoles. L’eau est indispensable aux entreprises agricoles du bassin versant, mais se fait de plus en plus rare. Les changements climatiques, couplés à l’irrigation non quantifiée qui empêche un partage équitable de la ressource, entrainent la baisse de la qualité et de la quantité d’eau dans le ruisseau, détériorent l’habitat de nombreuses espèces aquatiques et menacent la pérennité des approvisionnements en aval.

Les différentes étapes du projet:

Le Conseil des bassins versants des Mille-Îles (COBAMIL) coordonnera ce projet d’une durée de trois ans et sera réalisé en partenariat avec les clubs conseil Agropomme et Services-Conseils Profit-eau-sol, le Groupe AGÉCO et la Chaire en hydrologie urbaine de l’UQAM.  Les différentes phases du projet sont de : (1) réaliser un inventaire complet des pratiques d’utilisation et des besoins en eau des entreprises agricoles, (2) dresser un bilan hydrologique complet du bassin versant en tenant compte de l’occupation du sol et des interactions entre les eaux souterraines et les eaux de surface, (3) développer un modèle numérique d’écoulements à l’échelle du bassin versant et (4) prendre en compte différents scénarios d’aménagement complémentaires du bassin versant afin d’adapter la gestion de l’eau aux besoins croissants des acteurs locaux tout en améliorant la qualité globale des eaux sur le bassin versant. Les solutions anticipées pourront être, par exemple, l’agrandissement d’étangs, le partage de la ressource, la mise en place de pratiques d’irrigation plus efficaces ou encore le creusage d’étangs aux endroits où les échanges avec la nappe souterraine fournissent le plus d’eau.

La mission du Lab-Eau-Rousse:

L’approche du laboratoire vivant est centrale au projet et pilotée par le Groupe AGÉCO, firme déjà implantée dans le bassin versant via le projet RADEAU 2. Un laboratoire vivant est à la fois une approche et un environnement d’innovation ouverte où les usagers sont le moteur de l’innovation. Il promeut un processus de co-création de nouvelles solutions dans des conditions réelles d’utilisation.

Le Lab-Eau-Rousse est ainsi un laboratoire vivant qui allie les travaux et les savoirs des producteurs agricoles, des scientifiques et des experts afin de tester et trouver des solutions durables et adaptées aux exploitations. Les producteurs agricoles seront impliqués dès le début de la démarche afin de générer un esprit de collaboration et de co-créer des solutions permettant une harmonisation des usages et une gestion optimale de l’eau.

La recherche de sources d’eau supplémentaires et la mise en place de solutions pérennes de gestion de l’approvisionnement en eau dans le ruisseau Rousse paraissent ainsi essentielles, à la fois dans le but de préserver les écosystèmes mais également les nombreuses entreprises qui en dépendent.

Les principaux partenaires du projet:

Ce projet a été financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) dans le cadre des programmes Prime-Vert et Territoires : priorités bioalimentaires. De nombreux partenaires prennent également part au projet : AGÉCO, Services-conseils Profit-eau-sol, Agropomme, la Chaire en hydrologie urbaine du professeur Florent Barbecot de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et l’UPA.

Pour aller plus loin:

Le COBAMIL a réalisé un dépliant ainsi qu’une série de trois capsules vidéo dans lesquelles trois producteurs de la région d’Oka font part de leurs enjeux vis à vis de la qualité mais surtout de la quantité d’eau disponible, issue du bassin versant du ruisseau Rousse. Ces outils permettent de sensibiliser au projet et de faire s’exprimer les principaux tributaires: les producteurs.

En prendre connaissance: